Alexandre Pierre François BOËLY (1785-1858)

Critique

Œuvres complÈtes pour orgue

PBM 32.01-SMF19 05.05/2014   Volume I. Les Offertoires 55,00 €

Un volume 225 x 310 à l'italienne. 116 pages. Édition N. Bertrand, H. de Rohan-Csermak et G. Lartigau.
Avant-propos Brigitte François-Sappey. Présentation et notes critiques en français, anglais.

Sommaire :
› 4 Offertoires op. 9, Offertoire de la Messe du jour de Noël op. 11, Offertoire pour le Jeudi saint op. 40, Offertoire pour le jour de Pâques op. 38, Offertoire d'exécution facile op. 12, Petit Offertoire op. 41.

Le présent volume donne pour la première fois un texte critique de l'ensemble des Offertoires de Boëly, il englobe ainsi un ensemble capital dans l'histoire d'un genre qui connut son heure de gloire aux XVIIe et XVIIIe siècles, mais tient aussi une place importante dans l'histoire du répertoire romantique.

Offertoire pour le Jour de Pâques
 

PBM 33.01   Volume II. Les Pièces de Noël 55,00 €

Un volume 225 x 310 à l'italienne. 148 pages. Édition N. Bertrand, H. de Rohan-Csermak et G. Lartigau.
Avant-propos B. François-Sappey. Présentation et notes critiques en français, anglais.

Sommaire :
Messe du jour de Noël op. 11, comportant l'ensemble du plain-chant nécessaire pour exécuter cette messe dans le contexte pour lequel elle a été écrite.

14 Préludes sur des Cantiques de Denizot op. 15 : Seigneur Dieu ouvre la porte, D'où vient qu'en cette nuitée, Chantez mes vers ce jour, Esprits divins, Réveillez-vous pastoureaux, Quel étonnement, Ici je ne bâtis pas, Sus qu'on se réveille, Le vermeil du Soleil, Lyre ce n'est pas en ce chant, Voici la première entrée, Muses sœurs de la peinture, Sus bergers en campagne, Mon âme dormez-vous ?

› 7 «Noëls» : Une bergère jolie, Grâce soit rendue, [sans titre], Noël suisse, Vous qui désirez sans fin, O jour ton divin flambeau, Le roi des cieux vient de naître.

› 3 chorals: Bin ich gleich von dir gewichen, Ermuntre dich mein schwacher Geist, Was mein Gott will das g'scheh' allzeit.

Si les pièces qui composent ce volume peuvent sembler hétérogènes à première vue, leur rassemblement atteint pourtant par leur commune recherche d'écriture à une telle unité qu'on pourrait les croire écrites dans l'idée de former un jour le recueil présenté ici.

Rentrée de procession

Cantique de Denizot VI

Choral «Ermuntre dich mein schwacher Geist»
 

PBM 35.02   Volume III. L'Opus 18 55,00 €

Un volume 225 x 310 à l'italienne. 120 pages. Édition N. Bertrand et H. de Rohan-Csermak.
Avant-propos B. François-Sappey. Présentation et notes critiques en français, anglais.

Sommaire :
› 12 Pièces pour Orgue avec Pédale obligée ou Piano à Clavier de Pédales : Andante con moto, Prélude d'orgue à 2 claviers séparés et pédale obligée, Andante à 2 claviers, Canon perpétuel double à l'octave, Prélude d'orgue avec pédale obligée, Fantaisie et Fugue, Allegro non troppo en fa mineur, Fantasia en sol, Scherzo a 5 voci, Allegretto en si mineur, Canone all'ottava en mi mineur, Allegro moderato.

Publié par Richault 2 ans avant la mort de Boëly, l'op. 18 réunit les pièces à la fois les plus importantes et les plus abouties que leur auteur ait destinées à son instrument. Les sources trahissent pourtant pour ces pièces des origines extrêmement diverses, tant du point de vue de la destination instrumentale (orgue ou piano-pédalier) que de leur date de composition.

Fantaisie et fugue

Allegro non troppo
 

PBM 37.04-SMF19 04.01   Volume IV. Les Pièces pour orgue expressif ou harmonium 55,00 €

Un volume 225 x 310 à l'italienne. 104 pages. Édition N. Bertrand et H. de Rohan-Csermak.
Avant-propos B. François-Sappey. Présentation et notes critiques en français, anglais.

Sommaire :
› 12 Morceaux op. 14, Prélude et 2 Fantaisies op. 57.

Si l’intérêt de Boëly pour l’orgue expressif reflète la polyvalence du concept d’«expressivité», il se veut l’émule de Rousseau qui dit que «la musique, en imitant la variété des accens et des tons, doit donc imiter aussi les degrés intenses ou remisses de la parole, et parler tantôt doux, tantôt fort, tantôt à mi-voix». Peu exploitée dans l’op. 14, la dimension «expressive» est exaltée à l’extrême dans les Fantaisies, où surabondent les indications de nuances, les accents, voire les soufflets dynamiques sur une note tenue.

Prélude
 

PBM 45.08-SMF19 08.11   Volume V. Les Opus 10 et 12 55,00 €

156 pages. Édition N. Bertrand, avec la collaboration de É. Lebrun.

Sommaire :
• Recueil Contenant quatorze Morceaux pour l'Orgue Qui pourront servir pendant l'Office divin op. 10.
› Sur les grands jeux, La voix humaine avec le tremblant doux, Main droite sur le hautbois, Grand Chœur, Prélude sur les jeux de fonds, Hymne du 3e ton Pange Lingua, Grand Chœur, Fuga, Récit de hautbois, Trio à claviers séparés, (Dernier Kyrie), Les claviers séparés, Quatuor à deux claviers séparés et pédale obligée, Duo de Cornet de Récit et Trompette du positif, Flûtes de 8.

• Vingt-quatre Pièces Composées pour l'Orgue Avec les principaux mélanges des Jeux et des Claviers op. 12.
› Grand Chœur, Dialogue de Hautbois et Cromorne à 3 Claviers et Pédale obligée, Duo de Cornet de Récit et Trompette du Positif, Fughetta. Grand Chœur, Sur les jeux de fonds, Récit de Hautbois, Trio sur deux Claviers séparés, Les Claviers séparés (Tierce en taille), Fughetta sur Urbs Jerusalem, Quatuor sur deux Claviers et Pédale obligée, Suite de cinq Pièces pour un Magnificat en ut majeur, Fuga. Grand Chœur, Sur les jeux de Fonds, Duo, Récit de Flûte, Trio, Grand Chœur, Sur les Jeux de Fonds avec le Cromorne, Grand Chœur, Offertoire d'une exécution facile

Avec ce volume, qui rassemble deux recueils respectivement de quatorze et vingt-quatre pièces, se clôt le cycle des œuvres pour orgue publiées du vivant de Boëly. Sa nomination, en 1840, à la tribune de Saint-Germain l'Auxerrois, lui ayant apporté une certaine notoriété, plusieurs éditeurs s'intéressent à lui, ce qui va lui permettre de publier sur une courte période pas moins de sept opus. La destination de cinq d'entre eux est assurément l'église, les deux autres étant, l'un un recueil d'études pour le piano et l'autre un petit fascicule de pièces brèves pour orgue expressif (pbm 37.04).
Boëly a cinquante-sept ans lorsque paraissent, en 1842, les opus 9, 10 et 11 chez Canaux puis, en 1843, l'opus 12 chez la Veuve Canaux. Nombre de ces pièces datent de la précédente décennie, période pendant laquelle Boëly était suppléant à Saint-Gervais.
L'op. 10 est constitué de pièces plus ou moins brèves qui peuvent facilement, du fait de leur concision s'intégrer dans la liturgie. On y trouve d'élégants récits «qui ne heurteront nullement par une intransigeante sévérité», des duos, trios, fugues, un quatuor, le tout registré avec grand soin, dans les couleurs de l'orgue français classique.
Avec l'opus 12, l'organiste-compositeur propose un nouvel ensemble de pièces dans l'esprit du style classique français, comme précédemment registrées avec précision, regroupées par tonalités. C'est dans cet opus que l'on trouve notamment l'ultime récit de tierce en taille du répertoire, morceau emblématique des compositeurs français...

Couverture

Quatuor à 2 claviers séparés et pédale obligée
 

PBM 47.08-SMF19 08.13   Volume VI. Les auto-transcriptions. La Toccata op. 43/13 posthume 55,00 €

Un volume 225 x 310 à l'italienne. 220 pages. Édition N. Bertrand.
Présentation en français et anglais.

« [Boëly] me disait un jour : “Tout cela, après ma mort, sera vendu à l'épicier; personne ne voudra l'éditer ni le jouer” », déplorait Romary Grosjean dans une lettre adressée le 16 février 1859 au journal La Maîtrise (15 août 1859).

« Il laissait plus de trois cents compositions inédites qu'avec un zèle pieux sa famille et des amis anonymes se donnèrent pour tâche de mettre au jour intégralement. La publication fut faite par Richault sous le titre général de Collection des œuvres posthumes de A.P.F. Boëly; elle s'échelonna sur les deux années 1859 et 1860 et porta jusqu'au numéro 57 le chiffre des œuvres du musicien; l'ordre chronologique de ses manuscrits fut à peu de chose près suivi » (Michel Brenet, La Revue musicale S.I.M., 1er mai 1914).

Boëly, héritier de la tradition, mentor de jeunes générations, constitue une charnière essentielle entre classicisme et romantisme : il saura inspirer Franck, Saint-Saëns, Widor, Guilmant...

L'élève de Bach a égalé son modèle, c'est Saint-Saëns qui le dit.

Sommaire :
› 1804 : « Style moderne » en mi majeur op. 44/15 : orgue; Adagio pour deux violons, alto et violoncelle.
› 1805 : Fuga en fa # mineur op. 43/9 : orgue; Fuga en fa # mineur op. 31/1 : piano.
› 1805 (ca) : Fuga en majeur op. 43/10 : orgue; Fuga en majeur op. 31/11 : piano.
› 1817 : [Pièce sans titre] en si majeur op. 43/6 : orgue; [Pièce sans titre] en si majeur op. 50/6 : piano.
› 1817 : « Style moderne » en ut op. 44/7 : orgue; All° moderato en ut op. 50/7 : piano.
› 1825 (ca) : « Style moderne » en sol majeur op. 43/12 : orgue; « N° 19 » en sol majeur op. 6/19 : piano.
› 1828 : « Style moderne » en ut # mineur op. 43/8 : orgue.
› 1828, 14 avril : « 34 » en ut mineur op. 13/34 : piano.
› 1830 (ca) : Canone all'ottava en fa # majeur op. 43/4 : orgue; Canone all'ottava en fa # majeur op. 47/1 : piano.
› 1831 : Scherzo a 5 en si majeur op. 18/9 : orgue; Scherzo a 5 en fa majeur : piano.
› 1833 : Allegretto moderato en mi b majeur op. 18/12 : orgue; [Pièce sans titre] en mi b majeur : piano.
› 1834 : Récit de hautbois-Christe eleison en ut mineur op. 10/9 : orgue.
› [1840] : Récit de flûte-Christe en mi majeur op. 12/19 : orgue; Récit de la main gauche sur le jeu de tierce en sol majeur op. 12/8 : orgue; 3 Mélodies pour le Violoncelle avec accompt. d'Orgue expressif.
› 1857 : Andante non troppo lento en ut # mineur op. 45/14 : orgue.
› 1857, 20-26 août : Sarabande Larghetto en ut # mineur op. 56/4 : piano.
› 1858, 23 juillet : Prélude pour le Piano avec basse de pédale en si mineur op. 43/13 : orgue ou piano-pédalier; Toccata en si mineur op. 56/9 : piano.

Couverture

Style Moderne, op. 44/7

Style Moderne, op. 43/8

Prélude pour le piano avec basse de pédale
 

PBM 46.08a/b-SMF19 08.13a/b   Tiré à part du vol. VI. 3 mélodies pour violoncelle et orgue expressif 9,50 €

Tiré à part. Un volume 230 × 310 à la française.
Partition 12 pages + partie de violoncelle 8 pages.

Les trois mélodies, dédiées «À Monsieur le Marquis de Corberon», ont déjà été présentées dans leur version pour grand orgue dans le volume V de notre collection, Les opus 10 & 12.

La première correspond à l'op. 10/9, Récit de hautbois, la deuxième se rapporte à l'op. 12/19, Récit de flûte, qui, selon le ms 169 f° de la Bibliothèque municipale de Versailles, est également le Christe d'une Messe de Dumont du 1er ton. Quant à la troisième, elle est la réplique du Récit de la main sur le jeu de tierce du Grand Orgue (Tierce en taille) op. 12/8. Il serait vain de chercher à savoir si les 3 Mélodies sont antérieures aux pièces pour grand orgue, ou inversement. Si l'on considère qu'un corpus de Douze Morceaux pour l'orgue expressif op. 14 (voir notre vol. IV), publié en 1846, a pour dédicataire le même marquis de Corberon, on peut estimer que les trois mélodies pour violoncelle et orgue expressif ont été écrites entre 1834 et 1845.

Couverture

N° 3

N° 5

PBM 46.08-SMF19 08.12   Messe solennelle pour l'Orgue extraite de plusieurs auteurs anciens 27,00 €

Un volume 225 x 210 à l'italienne. 52 pages. Édition N. Bertrand.
Présentation Éric Lebrun.
Œuvres de Bach, Boëly, F. et L. Couperin, Haendel, J. Kirnberger.

C'est sur le manuscrit ms. 169 conservé à la Bibliothèque municipale de Versailles que se trouve la Messe solennelle. Elle constitue un triple témoignage, à la fois précieux et émouvant, car elle montre le parcours singulier du musicien, propose d'élégants faux-bourdons sur le plain-chant de la messe Cunctipotens, confié à la partie de ténor, et nous donne un exemple vivant de l'interprétation de la musique ancienne dans les années 1830. Cette messe est construite sur le principe de l'alternance, chère aux auteurs des XVIIe et XVIIIe siècles, qui sera encore en usage pendant de longues années. Les versets impairs sont confiés à l'orgue, qu'il s'agisse de paraphrases du plain-chant ou de versets libres, tandis que les versets pairs sont chantés par le chœur. (extrait de la présentation par É. Lebrun)

Couverture

Christe

PBM 51.11-SMF19 11.15   O Salutaris à 4 voix mixtes SATB avec accompagnement d'orgue 12,00 €

Un volume 230 x 310 à la française. 16 pages.
Prix spéciaux pour chœur.

Inédite, l'œuvre vocale liturgique de Boëly est peu abondante : deux messes à trois voix avec accompagnement d'orgue, une messe a cappella, quelques motets a cappella, trois motets avec accompagnement, trois petits motets pour voix seule avec accompagnement... Dans leur grande majorité, ces pièces se trouvent parmi les manuscrits conservés à la Bibliothèque municipale de Versailles.

C'est en 1840 que Boëly, de nombreuses années durant suppléant à la tribune de Saint-Gervais, est nommé organiste de la paroisse royale du Louvre, Saint-Germain-l'Auxerrois. La paroisse emploie une maîtrise, pour laquelle Boëly écrit des pièces «fonctionnelles», «faciles» d'exécution. C'est dans ce contexte qu'il compose en 1841 le O salutaris hostia présenté ici. O salutaris est constitué par les 5e et 6e strophes de l'hymne Verbum supernum, pour la fête du Très Saint-Sacrement. On ne pourra manquer de remarquer dans ce O salutaris une certaine parenté avec J.S. Bach : la polyphonie à quatre voix est à la fois fluide, dansante et dense. La dualité entre les voix et l'orgue contribue, dans un mouvement constamment dynamique, à fortifier la louange.

Couverture

O Salutaris - Ms 172

En préparation :

Œuvres complètes pour orgue — Volume VII. Les messes, les versets de messes.
Œuvres complètes pour orgue — Volume VIII. Les hymnes, les antiennes, les proses.
Cantiques et motets pour une voix et accompagnement, trois voix égales et/ou mixtes avec accompagnement d'orgue ou de pianoforte. Chaque cantique ou motet en fascicule séparé. Prix spéciaux sur quantités. Nous consulter.

* Tarifs au 1er juillet 2015